Kabyles du monde entier, bâtissons notre souveraineté sur un parlement populaire!

Tamazgha Kabylie 2

 

Notre Kabylie est menacée.

Pour sauver notre identité, notre culture et notre existence en tant que nation, on doit créer une sorte de tajmaat (ⴰⴴⵔⴰⵡ ⴰⵖⵍⵏⴰⵡ ⴰⵇⵠⴰⵢⵍⵉ) qui transcende les étendues géographiques de nos villages et les clivages politiques dans lesquels se cantonnent certains de nos frères et qui vont à l’encontre de notre bien-être, de nos valeurs et de notre dignité.

Notre salut sera la cohésion de tous les kabyles autour de TAQVAYLIT émergée de la profondeur de notre mode d’organisation ancestral qui est appelé aujourd’hui à s’amarrer aux tendances de notre époque.

Pour concrétiser le rêve de liberté de la Kabylie, la mise en place d’un parlement doit être imminente. Nous avons trop attendu pour unir nos forces et bâtir ce rêve.

« Les vrais rêves sont ceux qui deviennent des projets, un projet est un rêve qui a un calendrier.  » d'après Lhacen Uzyan.

Un parlement Kabyle pour :

Combler l’absence de concertation actuelle même sur des questions d’intérêt commun 

L’un des handicaps hérités par les kabyles de la colonisation est de ne pas se concerter pour se départager. Chacun accuse et blâme l’autre. Depuis la mise à mort de tajmaât et l’incorporation des kabyles dans des partis et associations agréés par l’état colonial, des directives sont émises dans le seul objectif de détruire toute initiative et toute idée allant dans le sens de la cohésion et l’épanouissement de la société kabyle. La majorité des forces vives kabyles sont exposées aux affres de la débauche mercantile. Elles ne se préoccupent que de satisfaire leur avidité. Une avidité qui n’est pas le propre du Kabyle, mais acquise par l’effet de la domination sur certains esprits faibles.

Bafoué par certains, considéré comme un fardeau à ne pas hisser par d’autres, l’intérêt commun est remis au rang des négligences. L’intérêt individuel, conforté par l’oubli,  arrange bien les ignobles âmes, faisant ainsi souffrir de honte les plus honorables et dignes.

Rassembler les énergies des individus, des groupes, des associations et des partis 

Plusieurs réflexions, d’origines et de tendances différentes, émises par des kabyles soucieux de l’avenir de notre chère patrie, la Kabylie, restent éparpillées. À ce titre, nous pouvons citer le groupe du manifeste kabyle, les anciens cadres du MCB, certaines personnalités des partis (FFS, RCD…) et les différents intellectuels kabyles à travers le monde, convaincus ou non par l’idée de l’indépendance.

La situation ne doit pas durer et tous les Kabyles doivent œuvrer sans relâche pour rétablir leur dignité et garantir un avenir meilleur pour leurs enfants. Il est plus qu’urgent de regrouper et de canaliser les forces vives de la Kabylie pour affronter le mal de l’anéantissement qui nous guette et nous affaiblit.

Moderniser et généraliser Tajmaât à un échelon plus global

Tajmaât est l’incarnation même de la démocratie et de la solidarité en Kabylie. Elle forme le socle social Kabyle qui a été disloqué par les ennemis de notre cohésion. Il devient urgent de revenir à ce mode d’organisation avec des améliorations en tenant compte des réalités du monde actuel.

Assurer la relève pour continuer notre cheminement vers la liberté et l’épanouissement de la société Kabyle 

Un peuple vit à travers les temps par ses principes et sa culture tout en sauvegardant et développant son pouvoir (son hégémonie, prépotence) dans le respect de l’humanité. La Kabylie a besoin d’élever et d’orienter ses enfants vers le respect de TAQVAYLIT (un mode de vie, des traditions, des valeurs et un système social propres aux kabyles) pour assurer sa pérennité et bâtir ainsi des murailles contre l’oubli et la décadence sociale.

Les tajmaât ont été des sources d’enseignements multidisciplinaires et d’éducations, mais surtout, elles étaient comme des fontaines où l’on s’abreuvait en cet attachement à la Kabylie et à ses valeurs.

Les objectifs du parlement Kabyle (Les missions du futur parlement)

Ce que tout kabyle doit attendre de ce parlement, c’est en premier lieu, de disposer d’une légitimité autour de la question de l’indépendance de la Kabylie et, par la suite, permettre d’instaurer des pouvoirs pour la gouvernance de notre nation.

Le parlement doit se focaliser sur les objectifs ci-dessous, exprimés sous forme de projets à réaliser, avec des échéances déterminées :

 

Élaboration d’une constitution

Des rapports de réflexions doivent être dédiés à ce thème précisément. Ainsi, les futurs parlementaires y trouveront des éléments nécessaires au débat qui va permettre d’entériner les grands principes de l’existence de l’État Kabyle. Ce qui va enraciner à jamais les constantes de notre nation. (Une question qui se pose et à laquelle nous n’avons pas de réponse : la première constitution serait-elle soumise au vote?)

Nommer un gouvernement (de transition).

Sans doute, l’un des premiers actes politiques du futur parlement serait de désigner un gouvernement avec ses institutions. Ce qui permettra l’installation d’un État souverain pour la première fois dans l’histoire récente des kabyles.

Doter l’État Kabyle de ses propres instruments juridiques et judiciaires (code civil et pénal (ⵍⵇⴰⵏⵓⵏ, XⴰⵄⴰⵍⴰⵇX)

Tout État doit veiller à la sécurité de ses citoyens et de leurs biens à travers des instruments juridiques et judiciaires garants de la démocratie, des libertés et de l’égalité. Pour donner plus de crédibilité à nos futurs gouvernements, ces instruments doivent également être, entre autre, réfractaires à toute idée d’immunité ou de privilège à toutes les échelles de la responsabilité. Ce qui va empêcher la formation des clans ploutocrates et dictateurs. 

Généralisation de l’enseignement de taqvaylit (XⵎⴰⵣⵉⵖX)

En attente de l’autodétermination (indépendance) de la Kabylie, le parlement doit réunir tous les moyens nécessaires pour renforcer l’enseignement de TAQVAYLIT à tous les niveaux sur l’ensemble de notre territoire.

Il pourrait quémander (XⵉⵎⴻXⵔⵉX: chose faite depuis des années sans réponse) ou obliger le pouvoir en place (régime) de financer et de changer sa politique d’enseignement dans notre région.

«Ma tifeḍ-iyi a gma, a k-ǧǧeɣ abrid. Ma tezwareḍ a gma, neǧǧer-iyi-d abrid» d'après Saâid Uâazun

Extrait du thème de la table Parlement Kabyle (29-11-2015)

Velâid Ucaâlal        (Réalisateur et Coordinateur)

Saâid Uâazun        (Conseiller et correcteur)

Saâid Maxlufi     (Conseiller)